Reduire son empreinte carbone, la compensation volontaire

info-compensation-carboneEn février dernier, le GERES (Groupe énergies renouvelables environnement et solidarités) a lancé, avec le soutien de l’ADEME, la plateforme Info Compensation Carbone.
Ce site, inscrit dans une dynamique pédagogique propose des informations détaillées sur la compensation carbone à destination du plus grand nombre : particuliers, entreprises, associations, collectivités, organisateurs d’évènements et porteurs de projets sensibles au défi climatique. L’occasion d’évoquer la compensation carbone volontaire avec Renaud Bettin, Responsable du projet.

Evoleos : Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur la plateforme ?

La plateforme Info Compensation Carbone a été lancée par une association de solidarité internationale, le GERES, sur la base d’un constat : 10 ans après l’application du protocole de Kyoto (en février 2005) il manquait une information grand public sur la question du crédit carbone  « Qu’est ce que c’est ? Quel est le prix du carbone ? Comment puis-je faire en tant que porteur de projet ? … »
Nous avons souhaité mettre en place un site internet à la portée du plus grand nombre, avec notamment des outils ludiques et des vidéos, afin d’informer mais aussi, de cadrer et d’influencer les pratiques. L’ADEME soutient la démarche et nous finalisons actuellement une convention avec la Direction générale de l’énergie et du climat (la DGEC).

Comment résumer simplement le principe de la compensation carbone ?

La compensation carbone est une démarche qui intervient après avoir réduit ses émissions à la source. Cela suppose d’avoir, en amont, éco-conçu l’organisation de son évènement en réfléchissant au transport, à l’alimentation, à l’énergie…
Après avoir fait ce premier travail de réduction de ses émissions, il reste des émissions résiduelles incompressibles. La compensation carbone consiste à financer, via l’achat de crédits carbone, un éco-projet dont l’activité économise des gaz à effet de serre. Chaque tonne de Co2 évitée sur cet éco-projet correspond à un crédit carbone.

En d’autres termes : La compensation consiste à financer « là-bas » des économies de Co2 que je ne peux plus éviter ici.

« Là-bas » désignait initialement les pays en voie de développement du fait du protocole de Kyoto, à l’origine de la compensation (ce que l’on appelle le MDP, mécanisme pour un développement propre). Il faut savoir qu’il devient également possible de financer des projets de compensation sur notre territoire.
Schema-CC-VF-WEB

On associe souvent la notion de compensation carbone au secteur industriel ou, pour l’évènementiel, aux grandes agences faisant appel à des cabinets spécialisés. Comment des petites structures voire des particuliers peuvent-ils entrer dans la démarche de compensation ?

Quand on parle de compensation carbone, il y a deux dimensions :

  • La première concerne notamment les industriels qui sont sous contraintes réglementaires avec des règles assez strictes de calcul et un contrôle par un acteur indépendant.
  • La seconde est la démarche de compensation carbone volontaire ou réduction d’empreinte qui, par définition, est plus libre.

En partant du principe que tout le monde est concerné par les émissions de carbone, chacun peut compenser au regard de ses déplacements, son alimentation, ses achats… Un particulier ou une petite structure peut se rendre sur le site internet d’un opérateur de compensation (il y en a une quinzaine en France) la plupart proposent un calculateur en ligne et des présentations de projets de compensation.

Ce qu’il faut retenir dans le cadre d’une compensation volontaire, c’est avant tout la qualité de l’éco-projet financé. Celui-ci doit impérativement disposer d’une présentation technique dite PDD (Project Design Document) validé par un auditeur externe, d’un registre public, il doit s’inscrire dans un standard de certification et faire l’objet d’un contrôle des économies de Co2 (informations détaillées).

Plus qu’un volume ou une quantité de carbone à compenser, nous conseillons aux personnes dans cette démarche de chercher des projets qui leurs correspondent (production d’énergie renouvelable, efficacité énergetique, agroforesterie…) et avec un maximum de qualité. Il faut mieux compenser moins mais compenser mieux.

Pour préserver une certaine neutralité la plateforme Info Compensation Carbone ne propose pas de liste d’opérateurs. Notre objectif est d’informer et d’expliquer la démarche tout en laissant le lecteur libre de choisir son projet et son prestataire de compensation.

Au-delà de la plateforme, quels sont aujourd’hui les projets du GERES ?

Le GERES est un pionnier de la finance carbone. Pionnier, car il a développé l’un des premiers projets de compensation carbone volontaire dans un pays en voie de développement (sur des foyers améliorés au Cambodge). Cependant, la finance carbone n’est pas la seule action du GERES, c’est un moyen pour apporter des financements complémentaires à nos projets. Notre cœur d’activité est de permettre à des populations fragiles d’accéder à l’énergie pour pouvoir sortir de la pauvreté et de soutenir des activités économiques préservant l’environnement dans des pays en voie de développement.

Le GERES aura 40 ans en 2016, la démarche « climat, énergie et développement » est plus que jamais d’actualité. Ce n’est pas parce que la COP21 a lieu cette année en France et que l’on parlera un peu plus du climat que le GERES va ralentir son action car le besoin reste là. Il faut travailler auprès des populations les plus vulnérables face au changement climatique et parallèlement les moins responsables de ce changement. Ce qui renvoie à la notion de justice climatique. Nous défendons une solidarité climatique qui repose sur la volonté de réduire ensemble les émissions de CO2 au-delà de la simple démarche de compensation.

www.info-compensation-carbone.com

Pour approfondir le sujet :
Compensation volontaire, démarches et limites [Guide de l’ADEME]

 

InfCC GERES_Logo_2

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *