Les e-cleaning days ou l’éco-allègement de nos serveurs mails

Dans le foisonnement médiatique autour de la COP21 certaines opérations émergent parmi d’autres sur les réseaux sociaux.

Parce que nombre de personnes ignorent l’impact de l’usage d’internet sur l’environnement mais aussi parce qu’elle renvoie à l’idée totalement fausse que la dématérialisation systématique serait éco-responsable, nous soutenons les E-cleaning days, initiative proposée par le Groupe Orange.

Partant du constat que l’envoi et l’archivage d’un email représente environ 19g* de CO²  le groupe de télécommunications nous invite à faire le ménage dans nos boites mails. L’objectif est de positionner la suppression de mails inutiles, obsolètes ou très lourds comme un geste éco-responsable dans la lignée du tri sélectif.

moins d emailsAprès une première campagne de sensibilisation interne s’adressant aux salariés des 29 pays du groupe, une seconde campagne grand public est lancée ces jours-ci sur les réseaux sociaux.
Via le hashtag #ecleaningdays elle invite chacun à rejoindre la cause en supprimant 50 mails inutiles durant les « e-cleaning days ».

Les gestes proposés :

  • Supprimer les emails les plus lourds 
    « En classant vos e-mails en fonction de leur poids, vous repèrerez facilement ceux qui prennent de la place. Vous pourrez ainsi supprimez en un clin d’œil vos e-mails les plus lourds. »
  • Se débarrasser des spams 
    « Les spams sont la principale cause de messagerie saturée. Pour vous en débarrasser définitivement, désinscrivez-vous des newsletters que vous recevez. »
  • Vider les éléments supprimés campagne mails
    « Lorsque vous supprimez des e-mails, ils sont alors stockés dans une corbeille. Pensez à la vider régulièrement. »
  • Trier ses e-mails dès réception
    « 
    Prenez le réflexe de triez vos mails dès leur réception. Vous repèrerez plus facilement les e-mails inutiles à supprimer. »

 

Les mauvais esprits soulignerons que le porteur de cette démarche, sponsor officiel de la COP21, n’est pas le parfait modèle  en termes de pratiques environnementales et que cette campagne de communication frôle le Greenwashing… Mais ils faut le reconnaitre, dans un contexte où la consommation électrique des TNIC augmente de +10 % par an*, cette proposition a, malgré tout, le mérite d’exister…

*Sources ADEME 2013

Visuels : Campagne grand public Orange/Publicis

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *