Toilettes sèches, si on osait ? Entretien avec Toilettes&co

Les toilettes sèches, pour les uns c’est un concept vu à la télévision lors d’un reportage sur des post-soixante-huitards vivant dans le Vercors, pour d’autres c’est une vision de toilettes de festivals forcément dans un état apocalyptique puisque « les toilettes sèches tu sais, n’ont pas de chasse d’eau »

Après avoir croisé plusieurs fois ces cabines lors de divers festivals, il m’a paru intéressant de me pencher plus sérieusement sur la question. Sylvain de Toilettes&co qui propose, entre autres, de la location de toilettes sèches pour l’événementiel, a accepté de répondre à mes questions.

toilettes seches

Evoleos : Pour commencer, une question de base, les toilettes sèches comment ça marche ?

Toilettes&co : « Toilette sèche » est un terme générique qui désigne l’ensemble des systèmes de toilettes fonctionnant sans ou avec très peu d’eau. L’objectif est double : valoriser les matières pour faire du compost ou du fertilisant mais surtout limiter au maximum la pollution des eaux usées. Pour se donner une idée, on considère que les eaux noires, (issues des toilettes) c’est 20% d’utilisation en eau, mais c’est surtout 80% de la pollution des eaux usées.

Et pour se laver les mains ?

Dans le cadre d’installations événementielles, on suit les règles fixées par les DASS au même titre que pour l’utilisation de toilettes chimiques. A savoir, l’installation de distributeurs de savons sans eau en entrées et sorties de toilettes. Il faut aussi se dire que l’installation de toilettes sèches ne signifie pas forcément absence d’arrivées d’eau pour se laver les mains. Tout dépend de la demande que l’on nous fait, si l’on souhaite maintenir ce confort cela reste tout à fait faisable.

Pour de l’événementiel, au-delà de la question écologique, quel est l’intérêt d’installer des toilettes sèches ?

Les toilettes sèches sont généralement proposées avec une équipe d’entretien et d’animation. Notre fonctionnement, et c’est le cas pour la majorité des personnes qui font ce métier, c’est de proposer des toilettes qui sont entretenues régulièrement, contrairement aux toilettes à eau ou toilettes chimiques qui sont souvent posées en début d’événement et entretenues de façon aléatoire. Notre prestation inclut également une sensibilisation aux gestes écologiques pouvant s’inscrire dans une démarche souhaitée par l’organisateur.

Globalement, on constate qu’on se situe souvent à un niveau qualitatif supérieur en terme de propreté par rapport aux autres systèmes (tout dépend bien sûr des prestataires, certains en chimique le font très bien). Ce qui ressort, c’est vraiment une dimension de confort pour le public. A l’heure actuelle c’est là-dessus que nous faisons la différence.

Comment se calcule le dimensionnement de l’installation, le nombre de cabines ? 

Il faut être très attentif au dimensionnement de l’installation. En soi, il n’y a pas de règles, tout dépend du contexte, du public, de la durée, etc… Il faut comprendre qu’un festival avec camping ne peut pas être dimensionné comme un événement urbain où le public utilisera les toilettes des bars aux alentours. Pour être plus direct on regardera également le type de consommation durant la manifestation. (en off, un léger sous-entendu sur la consommation de bière lors de festivals rock en comparaison aux manifestations familiales…).

On fonctionne au cas par cas. Notre besoin est d’avoir des informations précises (horaires, flux de personnes…) et une confiance totale de la part de l’organisateur au moment du chiffrage. Hélas, la question des toilettes est souvent considérée comme la dernière roue du carrosse,  gérée en dernier et sur laquelle on va tenter de serrer les budgets au maximum ce, volontairement ou tout simplement parfois par mauvaise connaissance des contraintes et de l’organisation de cette question…

[Evoleos : Cela se rapproche de la problématique de la gestion des déchets avec un  vrai besoin de connaissance des publics, des activités, des volumes…]

toilette secheTu as évoqué l’entretien, comment cela se passe exactement ?

Il y a pour moi une règle de base : c’est d’avoir une équipe en permanence par unité de toilettes (l’unité étant un ensemble composé d’urinoirs et de cabines pouvant représenter une trentaine de cabines lors d’un festival). Minimum une fois par heure, il y a un passage avec  nettoyage, désinfection des cabines. Bien sûr, cela bouge, selon l’installation.

En parallèle, il y a la gestion de « l’arrière boutique », les changements de bacs qui sont faits régulièrement avec un stockage dans des contenants étanches. Ces contenants partiront ensuite sur une filière de valorisation. Un des gros boulots de la profession c’est d’organiser ces filières. Je suis assez content, au fil des années, d’avoir réussi à organiser des filières dans le milieu agricole avec derrière une valorisation via le compostage. Je travaille avec un réseau d’agriculteurs qui ont des plateformes étanches et qui sont en mesure d’assurer ce travail. Quand je prépare une prestation, je vais activer mon réseau et définir l’organisation de la valorisation avec un prix à la tonne. Après, ce réseau c’est une des forces de Toilettes&co, même si d’autres bien sûr le font également. L’un des enjeux de notre filière c’est d’assurer ce réseau des plateformes étanches un peu partout en France. L’idée dans la mise en place des toilettes sèches c’est d’être cohérent jusqu’au bout dans la démarche et surtout pas de travailler avec quelqu’un qui va balancer les déchets dans un coin de champ ce qui, en soit, n’est pas si grave sur des petits volumes  mais n’est pas envisageable sur des gros événements. Cela a été pratiqué parfois par certains (voire l’est encore) et n’est pas dans l’esprit de la démarche.

Lors de la réalisation du cahier des charges et du devis, au delà de l’installation de cabines, il faut s’assurer de la gestion en aval de l’évacuation et de la  valorisation des matières pour être cohérent dans notre démarche éco-responsable.

Une précision, quand je parle de toilettes sèches, cela sous-entend derrière un compostage ou autre valorisation. Si c’est pour envoyer les litières à l’incinérateur ou à la poubelle dans le tout venant on n’est vraiment pas dans la dimension d’une gestion responsable. Écologiquement cela ne tient pas la route.

Peux-tu nous en dire plus de ta structure ? Et du service qu’elle propose ?

Toillettes&co a été lancée en 2010 sur Poitiers, c’est aujourd’hui deux permanents et beaucoup de jeunes, souvent étudiants, qui viennent dans le cadre de contrats saisonniers. Cette équipe est composée de pas mal de personnes qui sont motivées par le projet et sa dimension écologique, c’est aussi le plaisir d’un job qui bouge…

On est parfois accompagnés de bénévoles lors de festivals mais j’ai moins envie de travailler ainsi. On a essayé de le faire au début, mais avec l’expérience on s’aperçoit qu’il faut absolument que le bénévole soit volontaire pour cette mission « toilettes sèches ». Ce qu’ils veulent, souvent, c’est d’être auprès des artistes ou éventuellement à la buvette mais pas vraiment s’occuper des toilettes. Là où ça marche, c’est lorsque que les bénévoles s’inscrivent pour la gestion des toilettes et qu’ils passent la barrière psychologique. Entre nous, il est pourtant moins pénible pour un bénévole d’assurer ce service que de tenir la tireuse à bière lors d’un festival…

En termes de capacités, tout dépend de la demande que je reçois, j’ai un certain nombre de cabines. Le coût/cabine n’étant pas exorbitant, je peux si besoin lancer la fabrication de cabines supplémentaires. La problématique à l’heure actuelle, ce ne sont pas les cabines, mais la logistique de traitement et le personnel. Après, je peux travailler également en collaboration avec d’autres structures. Nous ne sommes pas si nombreux en France et nous nous voyons plus comme collègues que concurrents. Je suis notamment membre du Réseau Assainissement Ecologique (RAE) où je partage ma vision du métier. Si besoin, je fais appel à ce réseau pour assurer ensemble une prestation. Du coup, on est vraiment en mesure d’assurer de grosses manifestations.

Quels sont les événements qui font appel à vous ?

On travaille beaucoup pour des festivals et pour des manifestations sportives (marathons, courses à pied…) mais depuis peu, on arrive à diversifier notre activité vers d’autres types d’événements. Depuis un an à peu près, on fait de plus en plus d’événements institutionnels avec des collectivités territoriales par exemple. J’ai fait également des rassemblements d’entreprises, avec un accueil vraiment sympathique et un très bon retour. Au niveau de l’activité, on est vraiment en mesure d’accompagner des projets très variés, du mariage au gros festival. On est en pleine croissance, reste maintenant à être attentif, à regarder comment évoluer aussi bien en termes d’offre mais aussi en termes de métier, notamment autour de l’organisation des filières de valorisation. Le métier va évoluer, on le sait…

Un grand merci, Sylvain, pour cet éclairage…

Pour plus d’informations sur ToilettesandCo

Toilettesandco fait partie du Réseau de l’Assainissement Écologique

Photos © Toilettesandco

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Habibois dit :

    Salut,

    D’autres fournisseurs/fabricants/vendeurs/loueurs de toilettes sèches dans toute la France répertoriés ici : http://www.habibois.com/toilettes-seches-5-20-0-1.html

    Enjoy 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *