Mettre en place le tri sélectif, un défi ?

Si le tri selectif est relativement bien entré dans les mœurs en France chez les particuliers (la collecte domestique représente environ 45,2 kg/pers/an) la pratique est encore assez peu courante dans le cadre de grands rassemblements. Après avoir évoqué dernièrement la question de la collecte des déchets, passons au « second niveau » : l’organisation du tri sélectif lors d’une manifestation.

Mettre en place le tri sélectif, un défi ? Dans un certain sens oui, parce qu’il faut le reconnaître, la réalisation d’une telle opération nécessite une certaine organisation.

Parc de la Villette été 2013 : Totem d'information ©Evoleos

4 clés de réussite pouvant vous aider :

1/ Confiez l’organisation à un ou des référent(s)

Au même titre que la sécurité ou l’accueil des participants, la gestion des déchets et le tri sélectif est un thème qui peut être confié à une cellule dans le cadre d’un comité de pilotage (grand rassemblement) ou à une personne référente (dans le cadre d’événements de dimension moyenne).
Ces personnes devront aborder cette mission à la fois du côté logistique mais également du point de vue de la communication et de la sensibilisation.

2/ Définissez des objectifs

Le tri sélectif c’est une chose, mais trier quoi ? Et comment ?
Quels déchets l’événement va-t-il générer ? Ce travail d’identification des déchets est essentiel puisqu’il vous permettra de comprendre vos besoins en poubelles de tri et bennes de collectes.
La poubelle jaune permet une collecte large mais l’on peut opter également pour une collecte ciblée, gobelets en carton et papier par exemple ou récupération des déchets alimentaires qui seront compostés par la suite.
La collecte de déchets peut également entrer dans une démarche de sécurité. Récupérer le verre dans des bennes dédiées reste l’un des meilleurs moyens d’éviter qu’une personne se blesse avec un morceau de verre brisé.

3/ Organisez une sensibilisation

Pratique assez fréquente dans le cadre des événements éco-responsables la sensibilisation du public. Celle-ci répond naturellement à plusieurs objectifs :

  • Faire connaître la possibilité de jeter et de trier ses déchets,
  • Faire comprendre la démarche des organisateurs et faire adhérer à l’intérêt du tri,
  • Faire « agir », en incitant chacun à jeter ses déchets dans les bennes dédiées plutôt que par terre.

Au de-là de l’affichage que l’on voit assez souvent, des bénévoles sont parfois présent lors de certains événements pour aller à la rencontre du public, présenter le tri sélectif et expliquer la démarche. Je ne peux qu’encourager ce type d’action, bien sûr, dans la mesure des possibilités.

4/ Préparez la collecte

Techniquement comment collecter les déchets ? Pour rappel, en tant qu’organisateur vous êtes responsable de la collecte et de l’évacuation de vos déchets.
Certes, il y a les fameuses poubelles jaunes mais est-il possible de faire mieux que d’installer des poubelles bi-flux (ou tri-flux) ? Plus original, plus marquant ? Il convient d’opter pour une solution visible pour les participants mais aussi et surtout de ne pas omettre l’aspect logistique.
Au même titre que la gestion des poubelles, comment les bennes de tri seront-elles récupérées puis vidées ? Qui assurera cette logistique sur le site puis en aval ?

  • La collectivité via son service propreté ? Que vous soyez sur un site public ou privé pour une grande manifestation, il est toujours conseillé de se rapprocher, ne serait-ce que pour information, des services adéquats.
  • Un prestataire spécifique ? Dans ce second cas, lors de la rédaction du cahier des charges, pensez à intégrer des critères environnementaux et clarifier vos attentes en termes de tri, de recyclage et d’élimination des déchets.
le + le tri sélectif du verre et une grande capacité  le - un point de collecte unique

La Villette été 2013 : le + le tri sélectif du verre, le – un point de collecte unique vite saturé ©Evoleos

Dans l’absolu, au même titre que d’autres initiatives proposées je vous recommande de ne pas chercher à mettre en place tout de suite une action d’envergure avec des objectifs trop ambitieux. Je le répète, de mon point de vue, il est préférable de s’engager dans une démarche d’amélioration continue, c’est à dire choisir, lors de la première utilisation, quelques actions et s’impliquer au maximum sur celles-ci pour ensuite, lors des éditions suivantes accroître votre démarche environnementale.
A vous d’agir…

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *