Regard en quelques chiffres sur un festival éco-responsable

welovegreen festival éco-responsableFestival « pionner et engagé », We Love Green qui revendique l’éco-conception comme ligne artistique, constitue un beau cas d’école en termes de démarche éco-responsable. Depuis sa création en 2011, de nombreuses initiatives sont prises pour réduire au maximum l’impact environnemental de l’évènement et sensibiliser le public.

A la lecture de leur rapport d’activé, il m’a semblé intéressant de partager quelques données sur les pratiques du public et son regard sur l’engagement du Festival.

« Les chiffres présentés sont issus de questionnaires auto-administrés envoyés après le festival, en octobre 2012, à tous les acheteurs de e-billet (soit 4 581 contacts). »

Cartographie de l’événement :

  • Lieu de l’événement : le Parc de Bagatelle, Paris (certifié Iso 14001)
  • Affluence du festival : 9 500 personnes sur 2 jours
  • Restauration : 1 220 repas et 12 000 litres de boissons servies
  • 120 tonnes de matériel
  • Consommation électrique : 1210 KW/H
  • Bilan carbone  : émissions totales 50t de Co2 soit 13,5kg équivalent Carbone
    ou par festivalier 5kg de Co2 soit 1,35kg équivalent Carbone

Age-Csp-we-love-green-pt

 

Le tri des déchets :

stat-tri-dechet-festival-we-love-green

A la vue des 90% de réponses positives, le public du festival semble être très sensible à la question du tri des déchets. On peut considérer ce résultat comme le fruit du travail mené conjointement avec l’association Les Connexions qui accompagne l’événement depuis sa création via l’installation de points de collecte et surtout via la sensibilisation. La « Green team » dispersée parmi les festivaliers distribue cendriers de poches et bouchons d’oreilles tout en incitant le public aux bonnes pratiques.

 

festival-100-dechets-biodegradables« 100% Green » c’est l’objectif de cette édition 2014. Les organisateurs souhaitent que l’intégralité des déchets liés à la restauration partent sur une filière  compostage. Dans cet optique, les restaurateurs proposeront cette année de la vaisselle et des contenants compostables (fournis par Unikeco). La Mairie de Paris, partenaire de l’opération, financera le transport des déchets jusqu’au centre de traitement de Dreux.

.

L’usage de gobelets consignés :stat-gobelet-consignés-festival-we-love-green

Le gobelet consigné, objet emblématique d’un festival éco-responsable, est utilisé à 92%. (Chiffre en soit  pas très parlant car on suppose que l’ensemble des points de vente de boissons le proposent). En revanche, il est intéressant de noter que près de 20%* de ces gobelets personnalisés souvent conservés en tant qu’objet-souvenir ne sont pas rendus en fin de manifestation. (*Ce chiffre est inférieur aux non-retours constatés sur ce type d’événement)

Adhésion à la démarche développement durable :

stat-demarche-developpement-durable-welovegreen

Par chance (prenons-le avec le sourire) 91% du public a remarqué la démarche développement durable du festival… et surtout, considère qu’il est pertinent de s’engager dans cette démarche. Au-delà des actions mises en place, il reste important pour un festival éco-responsable de communiquer sur son engagement pour des questions d’image et d’identité (nous ne pouvons passer à côté) mais aussi comme une première étape de la sensibilisation.

« Pensez-vous qu’il soit pertinent pour un festival de s’engager dans une démarche développement durable, si oui pourquoi ? »

Les réponses à cette question ouverte font écho à quelques notions de bon sens (respect des lieux, limitation de la consommation…) mais démontrent aussi que le grand public devient exigeant avec de vraies attentes vis à vis des organisateurs d’évènements.

(Sélection de quelques réponses)

  • Par respect pour le lieu / de l’environnement
  • Limiter la consommation et les ressources de la terre
  • C’est l’heure pour tous / c’est l’avenir
  • Parce qu’il n’y a rien de mieux que lier le très utile au très agréable
  • C’est l’occasion de transmettre des informations sur le Développement Durable
  • Sensibiliser un maximum de personnes
  • Pousser les autres festivals à être plus green
  • Consomme moins d’énergie que d’autres festivals très consommateurs d’énergie
  • Donner des clés pour mieux manger
  • Suivre l’exemple d’autres pays
  • Un festival est une activité très polluante aujourd’hui : il faut démontrer que ce n’est pas vain, place à la pédagogie
  • C’est un lieu de partage et d’ouverture : il est donc intéressant d’y associer une cause, un message, afin de sensibiliser les gens à un moment où ils sont le plus ouverts et disponibles

La vérité sort de la bouche du public…

Photo : Hela Khamarou (couverture)
Graphiques : We Love Green/Evoleos

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *